Les défis 2017 du drone grand public

En regardant les progrès réalisés par l’industrie du drone grand public en 2016, il est facile d’imaginer que 2017 sera rempli d’annonces de nouveaux produits et d’autres avancées. Cependant, Il est peu probable que ce marché frénétique reste frénétique … voilà pourquoi :
Commençons par nous concentrer sur l’industriel grand public DJI. L’année dernière, DJI a lancé trois nouveaux drones ciblés sur le marché de la consommation – 5 en comptant l’Inspire 2 et le Phantom 4 4K amélioré. C’est formidable, et il est clair que chacun a ses propres forces et un marché évident. Mais ce nombre de sortie sur le marché peut-il continuer ? Ou est ce que c’était juste un test sur les prix, l’utilité, la patience des consommateurs … ?DJI Phantom 4 Pro – Lancé à la fin de 2016, quelques mois après le Phantom 4 original.

La patience est la clé. En sortant autant de drones sur le marché en l’espace d’un an, DJI a-t-il créé un précédent pour le taux de lancement de nouveaux produits ? Peut-on s’attendre à un Phantom 5, Mavic 2 et un Phantom 5 Pro dans les 12 prochains mois ? Est-il réaliste que DJI réussisse un modèle économique semblable à Apple en améliorant de nouvelles itérations de produit existant chaque année?
La photographie aérienne est-elle destinée à devenir un marché de consommation de niche ?
Gagnant de la catégorie Nature dans les prix Dronestagram / National Geographic (Crédit: Michael B Rasmussen)

Beaucoup de questions se posent. Tout d’abord, et la plus cruciale : la technologie est-elle là pour faire des progrès substantiels aux modèles de consommation actuels sans que les prix deviennent aberrants. Et deuxièmement : est-ce qu’il y a suffisamment de clients pour acheter de nouvelles itérations un an après leur dernier achat de plus de 800 €  ?
De toute évidence, les industriels du drone commercial, de DJI à Parrot et Yuneec, espérent cibler de nouveaux clients – des pilotes qui ne sont pas encore des pilotes. Mais qui sait vraiment la taille de ce marché ?
Sur le plan technique, 2016 a certainement été un énorme pas en avant par rapport à ce que nous avons vu auparavant. Les drones commerciaux sont devenus beaucoup plus intelligents : la technologie de suivi, la planification de vol en une seule touche, le vol autonome et un certain niveau d’évitement des obstacles sont devenus la norme pour les modèles du marché. Tous aident les pilotes à créer des images incroyables avec facilité et précision.
Certes, ces nouvelles technologies peuvent être affinées et améliorées, mais les grandes étapes sont déjà passées. Il reste des problèmes plus importants à résoudre si DJI et ses concurrents veulent vraiment faire croître leur clientèle au point où les itérations annuelles sont durables.
Le premier est le coût. Tant qu’un drone ‘haut de gamme’ pour de la photographie coûte plus de 800 €, il est peu probable que les pilotes – même vraiment enthousiastes – vont changer de drones pour le modèle +1 annuellement. Ce type de prix est également restrictif  pour encourager les nouveaux acheteurs.
Un autre obstacle à un véritable marché du drone grand public est la vie de la batterie. Bien que ce soit quelque chose qui semble s’améliorer lentement, il ne fait aucun doute qu’un vol de trente minutes au mieux mine l’expérience utilisateur et le fait de gérer des batteries de rechange coûteuses et limitées est fastidieux. C’est le cas quel que soit le type de drone…
D’un point de vue extérieur, ces facteurs vont soulever des doutes quant à savoir si un gros investissement dans le domaine de la photographie par drone est vaut vraiment la peine ? Mis à part DJI, les principaux fabricants, y compris 3DRobotics, Parrot et GoPro ont dû licencier du personnel au cours des derniers mois.
Il y a aussi un certain nombre de paramètres qui ne sont pas entre les mains des fabricants qui empêchent les drones commerciaux d’atteindre le niveau suivant. Il s’agit de l’opinion publique et de la législation. Les deux sont liés. L’opinion publique à propos des drones se dégrade chaque fois qu’un pilote vole quelque part où il ne devrait pas, chaque fois qu’il y a un souci en lien avec la protection de la vie privée ou un drone est impliqué dans un ‘presque-accident’ avec un avion de ligne.
La conclusion pour l’industrie du drone commerciale est claire : tant que ces problèmes ne sont pas résolus, les drones de loisir continueront à être un passe-temps coûteux pour un nombre relativement restreint de passionnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *