Un drone biodégradable

bio-drone

Le premier «drone biologique », construit en grande partie avec des matériaux issus du monde vivant, a effectué son vol inaugural au début du mois.

« Personne ne sait si vous avez renversé de l’eau sucrée ou si il y avait eu un drone à cet endroit-là», dit Lynn Rothschild de la NASA, qui a dirigé l’équipe qui a créé le drone.

La majeure partie du prototype est réalisé en un matériau semblable à une racine de champignon appelé mycélium. Le corps fongique a un revêtement protecteur de de feuilles de cellulose feuilles cultivé par des bactéries dans le laboratoire. Ce revêtement de feuilles est constitué de protéines clonées à partir de la salive de guêpes. Les circuits ont été imprimés avec des nanoparticules d’argent, dans un effort pour rendre l’appareil aussi biodégradable que possible.

« Il y a des composants qui ne peuvent pas être remplacés par la biologie», comme les hélices et la batterie, mais l’équipe a l’espoir de pouvoir se faire dégrader les capteurs du drone en utilisant la bactérie E. coli.

Ella Atkins, un ingénieur en aérospatiale de l’Université du Michigan, est enthousiaste sur les bio-drones, mais met en garde contre la difficulté  de faire dégrader le drone au bon moment : surtout pas trop tôt. « Nous ne voulons pas des drones biodégradables qui pleuvent du ciel »

source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *