Drone et danse : une performance à Beaubourg

Maëlla-Mickaëlle Maréchal_ 8_ photo Suzanne ChauvinAgnès de Cayeux présente une soirée/performance au Centre Pompidou samedi 31 janvier à 20 heures.
Une jeune patineuse, son drone et son pilote… autour d’un scénario de film.

Elle offre une expérience surprenante: le tournage en direct d’une séquence de son film à venir «Une jeune femme vue du ciel», inspiré du scénario de science-fiction «Un amour d’U.I.Q.» écrit par Félix Guattari mais qu’il n’a jamais pu réaliser. La salle de projection ouvre son espace aérien pour accueillir un drone muni d’un œil caméra.
Tel un être conscient et désirant, il observe une jeune patineuse diaphane glissant sur la scène nappée de brume.
Comme aimantée, elle chorégraphie un dialogue silencieux avec ce cyclope spatial. Subtilement interprétée par l’artiste chorégraphique Maëlla-Mickaëlle Maréchal, cette jeune femme nommée Janice est hantée par une histoire d’amour déjà écrite avec U.I.Q. (Univers Infra Quark), sorte d’entité bio-informatique inframince passant librement d’un corps à l’autre et s’incarnant, pour cette soirée, en drone scrutateur.
Janice, «pour s’être laissée embarquer dans le jeu incestueux du passage à la transcendance, sera elle-même éternellement condamnée à dériver hors de la communication et des affects humains» (F. Guattari).
Le solo show est marqué de la lecture qu’Arnaud Carbonnier fait du scénario de «Un amour d’U.I.Q»
dont la première séquence se joue dans un avion Piper Malibu, à cette heure irréelle dite entre chien
et loup.
[En coproduction avec A. et les autres.
Avec la participation du DICRéAM et de la MC93 – Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis.
Remerciements au Lycée Turgot à Paris]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *