Mexique : Tijuana veut s’équiper de drones

UTI1746246_r620x349Des drones pourraient bientôt aider les autorités de la ville de Tijuana à surveiller le trafic, à enregistrer les scènes d’accident, détecter les glissements de terrain et contrôler les incendies de forêt.
Le Maire Jorge Astiazarán a déclaré cette semaine qu’il se prépare à acheter plusieurs drones. « L’idée principale est qu’ils aident à la surveillance de la ville », a déclaré dans une interview Astiazarán. « Ce ne sera pas seulement utilisé pour la sécurité publique, mais pour voir aussi comment la ville se développe, pour découvrir les dépotoirs clandestins, … et pour surveiller tous les mouvements de terrain dans les régions éloignées qui seraient passés inaperçus ».
Cet achat fait partie de l’effort de la ville pour augmenter son efficacité grâce à la technologie. Jusqu’à maintenant la seule municipalité du Mexique qui utilise des drones est Puebla qui a lancé un programme de drones en octobre dernier avec l’acquisition de trois de ces appareils.
Astiazarán dit qu’il a été en négociation avec 3D Robotics, une entreprise de San Diego (USA) avec une usine de fabrication à Tijuana.
La première étape consiste en l’achat de deux drones quadrirotor prêt à voler. Le drone sera principalement équipé pour la photographie aérienne.
Alejandro Valladares Lares, nouveau secrétaire de la sécurité publique de Tijuana, a déclaré que les drones pourraient compléter un réseau de caméras de surveillance vidéo datant de 2006. Les agents seront formés pour faire fonctionner les drones et interpréter les images envoyées au centre de commandement, leur permettant d’aider les agents en patrouille dans les zones problématiques.
Tijuana se bat avec une lourde dette, sa force de police de 2190 membres doit trouver des moyens pour améliorer ses services sans augmenter ses dépenses.
« Ce que nous voulons faire c’est évoluer technologiquement », a déclaré Lares. Eduardo Vázquez Rossainz, directeur du Centre de Puebla pour les situations d’urgence a dit que ses trois drones ont été utilisés pour surveiller les crues et superviser les rassemblements de masse.

« C’est moins cher qu’un hélicoptère », a déclaré Vázquez dans un entretien téléphonique. « Un drone a des capacités qu’un agent de patrouille n’a pas. Il a accès à des zones dangereuses que l’homme ne peut pas atteindre ».
Au Mexique, les programmes de drones de Puebla et Tijuana n’ont pas encore attisé le niveau de controverse publique qui se déroule aux États-Unis. Bien que le Mexique n’a pas de lois régissant l’utilisation des drones, Romero de 3D ​​Robotics souhaite que ses clients respectent les normes internationales établies pour les opérateurs de modèles réduits télécommandés. Ces règles exigent que les appareils volants restent « en vue » de l’opérateur, qu’ils ne survolent pas les propriétés privées et qu’ils ne dépassent pas les 150m de hauteur.
source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *