Un hélicoptère radiocommandé testé dans le vignoble californien

Sous l’œil vigilant des médias et des producteurs locaux, un hélicoptère radiocommandé équipé d’un système de pulvérisation a été testé au cœur de la célèbre Napa Valley en Californie par les ingénieurs de l’Université de Californie Davis, et Yamaha Motor Corporation.

a_RMAX_07

@yamaha RMAX

Depuis 20 ans, le RMAX est utilisé pour faire des pulvérisations agricoles dans les champs de riz au Japon. Il est actuellement à l’essai à des fins agricoles aux États-Unis, dans les zones où l’épandage aérien pourrait se révéler plus sécuritaire et plus efficace que par des applications classiques au tracteur.

L’université Davis est aujourd’hui l’une des rares universités du pays avec une autorisation de la FAA (Federal Aviation Administration) pour faire des pulvérisations avec des appareils radiocommandés. Cette autorisation ne s’applique uniquement qu’aux zones agricoles spécifiques choisies à cet effet. Le vignoble expérimental est situé à Oakville et les tests ont débuté en Novembre 2012.
« Ce site offre non seulement un vignoble intéressant à travailler mais il répond aussi à toutes les exigences fédérales pour les zones de vol pour appareils radiocommandés », a déclaré Ken Giles, un professeur de génie agricole de l’université Davis et chercheur principal sur le projet.
Il a fallu à Giles et l’université Davis cinq mois pour obtenir l’autorisation de la FAA pour faire fonctionner le RMAX dans la vallée de Napa. Des instructeurs de vol expérimentés Yamaha en provenance du Japon ont formé une équipe locale .
Les chercheurs de l’université Davis sont en train de construire une base de données précieuse qui permettra de documenter la façon dont le RMAX pourrait travailler dans les exploitations agricoles en Californie et ailleurs aux États-Unis .
«Nous avons plus de deux décennies de données sur la performance du RMAX au Japon, mais nous n’avons pas encore eu d’informations sur son utilisation aux Etats-Unis », a déclaré Steve Markofski, de chez Yamaha. Il a noté qu’au Japon plus de 2.500 RMAX sont utilisés pour pulvériser 40% des rizières.
Actuellement, seulement de l’eau est vaporisée sur les vignes. Les gouttelettes d’eau provenant du système de pulvérisation du RMAX sont collectées sur des capteurs spécifiques.
Le RMAX est équipé d’un réservoir de 8 litres de chaque côté du fuselage, ce qui lui donne la capacité de transporter 16 litres d’eau ou de liquide de pulvérisation. L’appareil a une vitesse de pulvérisation maximale recommandée d’environ 20km/h.
Jusqu’à présent, les données indiquent que l’hélicoptère offre une couverture complète au dessus du vignoble et que les courants d’air générés par les pales permettent même de pulvériser sous la surface foliaire de la vigne. En outre, les chercheurs ont été impressionnés par la stabilité du RMAX, même dans les rafales de vent.
L’équipe de recherche prévoit d’effectuer bientôt des tests avec des pesticides et des herbicides agricoles couramment utilisés. Ils exploreront comment le RMAX peut être comparé économiquement avec les solutions classiques.
Les résultats de l’étude – qui devrait être terminée à la fin de cet été – aideront à déterminer où et comment le RMAX peut jouer un rôle dans l’agriculture américaine . Au Japon, où les rizières en moyenne font environ cinq hectares et sont souvent entourés de d’un environnement résidentiel ou commercial, le RMAX fournit une méthode sûre et efficace pour appliquer des pulvérisations agricoles.
Le vignoble de la Napa Valley, avec relativement de petites plantations, un environnement urbanisé, et souvent un terrain accidenté, offrent des défis et des opportunités similaires au Japon. Le RMAX peut aller là où un hélicoptère de taille standard ou un avion ne peuvent pas aller.
Giles a noté que certains producteurs de la région ont exprimé leur intérêt pour utiliser le RMAX pour aussi prendre des photos aériennes de leurs vignobles pour identifier les zones où la vigne a besoin de soins spéciaux ou pour mieux déterminer le moment de la récolte optimale.

source

En France rien n’interdirait le YAMAHA RMAX de voler sur le papier. Peut-être faudrait-il plus de 5 mois pour autoriser les vols en vrai mais est-ce que les clients sont-ils aussi en attente qu’aux USA ou prêt à payer pour une telle solution ?

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *