Acheter un drone d’occasion : précautions à prendre et tests à réaliser

L’arrivée d’un nouveau modèle sur le marché peut entraîner un afflux massif de drones sur le marché de l’occasion, les utilisateurs les plus pointus souhaitant rester au top de la technologie. Un phénomène qui se perpétue à chaque nouveauté (c’est à dire presque tous les 6 mois…) et qui entraîne inexorablement une baisse des prix sur le marché de l’occasion pour les modèles les plus anciens. Mais acheter un drone d’occasion est il une bonne affaire ?

Pourquoi il faut se méfier ?

L’achat d’un drone, équipement destiné à voler parfois au dessus de biens (normalement on évite le survol de personnes…) ne doit pas se faire sans précaution. Un matériel neuf, c’est la garantie de disposer d’un matériel le plus fiable possible (privilégier les marques reconnues).

Il est aussi important d’avoir un équipement optique de qualité pour réussir ses photos ou vidéos, le neuf garantira l’absence de poussières ou rayures sur l’objectif.

Dans quels cas l’occasion est intéressante ?

Upgrade

Après avoir fait vos premières armes, vous souhaitez upgrader votre matériel, par exemple pour disposer de la 4K. Passer d’un Phantom 3 à un Phantom 4 en achetant d’occasion peut se révéler une très bonne affaire car vous connaissez déjà le pilotage de l’appareil : vous serez immédiatement opérationnel, vous pourrez tester l’appareil acheté et les batteries que vous aurez acquis pour votre P3S ou P3A seront utilisables sur votre nouveau P3P…

Premier appareil 

Autre cas de figure : vous connaissez les Phantom et vous souhaitez offrir un appareil à un débutant, en commençant par le bas de la gamme par exemple. On trouve aujourd’hui des P3S d’occasion à partir de 400 euros.

Appareil de secours 

Enfin, pour les utilisateurs professionnels ou amateurs inconditionnels du drone, l’occasion est un bon moyen de doubler son équipement pour faire face à une panne ou une casse imprévue sans trop casser la tirelire…

Attention aux matériels non complets

Certains prix sont excessivement attractifs : il s’agit souvent de matériels incomplets. Vérifiez bien que le drone est vendu avec sa caméra, sa télécommande et au moins une batterie.

Conseils et tests à réaliser avant d'acheter un drone d'occasion

L’achat d’un drone d’occasion n’est pas dénué de risque. La remise en main propre sera généralement l’occasion de tester la machine, voici quelques conseils pour éviter les mauvais plans…

Faites vous accompagner !

Il paraît indispensable soit de connaître le type de drone que l’on souhaite acquérir en ayant déjà piloté un modèle similaire, soit de se faire accompagner par une personne ayant ces connaissances. Le vendeur sera à juste titre réticent de faire tester son drone à un débutant, et sans connaître un drone, il sera difficile de déceler un comportement anormal des commandes par exemple.

Lieu de rendez vous

Afin de pouvoir réaliser un test complet, prenez rendez-vous dans un lieu dégagé et à distance du passage de personnes afin de pouvoir tester l’appareil sans risque. L’idéal un champ à la campagne, ou sinon un grand parking vide. Attention aussi aux NFZ (No Fly Zone) qui feront rapidement tourner votre essai au cauchemar…

Etat général

Une inspection visuelle général permet de déceler les bosses, fissures ou rayures dans la coque, consécutifs à un crash. Un drone accidenté risque de perdre en fiabilité : à éviter…

Une inspection visuelle des batteries est fortement conseillée également.

Tests en vol

Un rapide test en vol permet de repérer :

  • Un défaut de connexion entre la tablette/smartphone et la télécommande
  • Un défaut de télécommande, testez méthodiquement tous les boutons et sticks de commande :
    - Décollage
    - Atterrissage
    - Rotation
    - Montée
    - Descente
    - Avancée
    - Recul
    - Droite
    - Gauche
    - Tilt (bascule)  de la caméra et retour
    - Pour les Phantom et Mavic Pro, la molette d’exposition
    - Mise en route vidéo
    - Déclenchement Photo
    - Lecture photo
    - Modes pilotage : passage en mode sport
  • Test de portée en terrain dégagé : regarder le comportement du drone et la qualité de réception de l’image à 3 ou 400 mètres de distance (si le terrain le permet)
  • Test du GPS ; après avoir éloigné le drone d’une centaine de mètres, lancez un Return Home pour tester la fonction et le GPS
  • Pendant ces tests vous aurez observé le comportement de la batterie et noté le temps de décharge.

Qualité de l’image

Munissez vous d’un ordinateur portable afin de tester l’enregistrement de photos et vidéos. Contrôlez le résultat sur votre ordinateur. Vérifiez :

En vol, vérifiez la bonne stabilisation de l’image (ne pas hésiter à provoquer quelques mouvements erratiques du drone)

Au sol, devant différents sujets vérifiez :

  • La netteté de l’image
  • La dynamique du capteur en passant d’une zone claire à une zone sombre
  • L’absence de défaut (poussière ou autre) dans l’optique et dans un rendu propre de l’image lors de la photographie d’une zone homogène par exemple

Inspection des batteries

Il est nécessaire d’essayer chaque batterie en la montant sur le drone et en visionnant via DjiGo ses informations notamment : le nombre de cycles et le pourcentage de durée de vie.

Analyse des logs de l’appareil

Il sera difficile de visionner dans un temps raisonnable l’ensemble des logs de la machine. Essayez néanmoins de consulter les derniers vols (simplement par Dji Go)  pour voir si l’appareil n’a pas été accidenté récemment.

Il est aussi possible de demander au vendeur de mettre ses logs à disposition sur un site comme Airdata.com . Bien sûr, cela n’apportera pas une garantie absolu mais si le vendeur rechigne à le faire, cela pourra vous mettre la puce à l’oreille…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *